Return to site

Un anniversaire chez Clover

Et cuire du thon sur un pavé parisien ...

· sortie

Mardi soir nous fêtions nos 3 ans, et nous avons choisi de fêter ça autour d'un bon diner. Nous sommes tous les deux de grands fans de la cuisine de Jean François Piège, et donc en attendant d'avoir les moyens de diner au Grand Restaurant, c'est chez Clover, son deuxième restaurant que nous avons fêté ça.

Mon mari n'a jamais travaillé pour Jean François Piège, et c'est un peu à regret je crois. Pour ma part j'ai travaillé avec le chef à l'hôtel de Crillon au restaurant les Ambassadeurs, et ce n'est pas mon meilleur souvenir. Vous me savez franche alors voilà humainement parlant ce n'est pas mon chef chouchou, néanmoins en tout objectivité ce que j'ai vu, ce que j'ai goûté là bas, m'a laissé émerveillée. Jean François Piège a une créativité et une précision incroyable, que j'ai rarement vu égalées dans les autres palaces où j'ai travaillé.

Et même si ce n'est pas le Grand Restaurant cette précision est omniprésente chez Clover.

Le cadre tout d'abord est très agréable, et original !

Mélange de carreaux et de bois pour réchauffer l'ambiance, des tables avec banquettes qui confèrent beaucoup de convivialité au lieu, et surtout vous mangez dans la cuisine en quelque sorte ! À l'heure où les cuisines ouvertes sont à la mode, Jean François Piège, et son épouse Elodie, puisque ce restaurant c'est leur bébé à tous les deux, ont décidé d'aller plus loin ! Ils n'ont pas ouvert le haut de la cuisine, non non, ils ont omis toute séparation, si ce n'est le sol qui passe de carrelage à parquet.

Vous êtes donc au coeur de l'action, vous regardez les artistes travailler, c'est fascinant tout simplement.

Un grand bravo à la brigade de cuisine, parce que travailler dans ces conditions pendant le coup de feu ça ne doit pas être simple, mais le ballet est parfaitement rodé, exécuté en harmonie, dans une grande fluidité de mouvement, c'est juste parfait.

Pour aller au toilette, vous passez donc au milieu de la cuisine et de la brigade, et je me suis surprise à dire " Chaud derrière " pour prévenir de mon passage.

Le service ? Précis, professionnel, attentionné, parfaitement maitrisé.

Quand à l'assiette que dire ? Pareil que pour le service. Précis dans les cuissons, attentionné et délicat dans le dressage, gourmand dans les quantités, savoureux dans les assaisonnements.

Le soucis du détail est présent jusqu'au café avec le cookie maison tout chaud qui l'accompagne.

Et puis le côté ludique aussi avec le thon en amuse bouche que vous faites cuire vous même sur un pavé parisien ! Magique ! Voilà ça c'est Jean François Piège. Ce côté ludique dans sa cuisine m'a toujours fasciné, comme ce croque vache kiri à l'époque du Crillon par exemple.

La légende urbaine veut que les pavés parisiens proviennent de la place de la Concorde. On raconte qu'à l'époque où il travaillait au Crillon, et pendant une session de travaux sur la place, il aurait été avec ses équipes subtiliser les pavés. Le mystère reste entier.

Quand à l'art de la table, domaine qui nous passionne tous les deux, nous avons retourné chaque assiette, chaque plat, chaque bol pour en voir la création parce que tout est joli, et délicat. Mon mari et moi qui aimons particulièrement le grés et l'émail avons été très sensible à la vaisselle.

Bref vous l'aurez compris un diner parfait, un très beau moment qui nous a donné encore plus envie de casser la tirelire pour aller au Grand Restaurant.

Ps : François Xavier pour l'occasion portait un noeud papillon et une fibule Messieur Dames en toile de Jouy.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly